Et vous quand préférez-vous courir ?

Y a t-il un meilleur moment pour courir dans la journée ? C’est souvent en fonction de son planning. Certains et certaines aiment courir le matin avant de partir au boulot, d’autres durant leur pause déjeuner ou encore le soir pour se changer les idées. Mais y a t-il des moments à éviter plus que d’autres ?

Quand courir dans une journée

Certes il y a des moments dans une journée où courir demandera plus d’efforts et ne sera pas vraiment indiqué. C’est le cas, après le déjeuner qui est un moment plus propice à la sieste de même qu’en soirée. Ce sont deux phases où demander un effort à son organisme se trouve être hors de notre rythme biologique.  A priori, il y aurait une période plus adéquate pour courir, c’est la fin d’après midi. Ce serait le moment où nous sommes le plus performant pour fournir un tel effort. Une des raisons avancées, seraient le fait que la température de notre corps est plus élevée à ce moment de la journée. A priori cela permettrait d’accélérer les réactions métaboliques. Autre hypothèse, le corps a atteint une température plus élevé en fin de journée ce qui permettrait d’évacuer plus facilement la chaleur produite lors d’un entraînement. Une autre période qui, a priori, serait propice à un effort est le créneau 9h-11h. C’est le moment dans une journée où nous atteignons un pic dans notre agilité, dextérité et dans notre coordination. Une chose est sûre, c’est vraiment en fonction du rythme de chacun, de sa fatigue physique et mentale que le choix de l’heure sera fixé.

Être en forme pour la journée

Courir le matin permet ensuite d’être en forme pour toute la journée. Certes le corps est encore un peu endormi et ce n’est pas forcément évident de tenir le rythme. Mais à force d’assiduité et de persévérance, deux qualités importantes dans la course à pieds, courir le matin deviendra un véritable besoin. Toujours d’après certaines études courir le matin améliorerait la qualité du sommeil. Courir le soir, d’après d’autres études ne perturberait pas pour autant le sommeil si une période de 3h à 4h entre l’effort et le couché est préservée. En conclusion, en fonction de son rythme, planning, envie… chacun et chacune trouvera la période qui semble le mieux lui convenir. Un petit coup de pouce peut aussi être envisagé en cas de perte de vitalité. Pour cela, toujours bien vérifier la qualité et la provenance des compléments alimentaires.